Histoires de dates, ou comment j’aboutis toujours célibataire (partie 1)

Il y a quelque temps, j’avais écrit un article sur ma haine du concept des applications de dating. Ça m’arrête pas de les utiliser, mais je suis toujours autant inconfortable de juger une personne simplement par leur photo de profil (surtout quand la personne ne met même pas de description!)

Mais bon, je ne suis pas ici aujourd’hui pour chiâler sur les apps de dating, mais bien parce que j’ai lu de quelque chose qui m’a bien fait rigoler.

Je follow une super chick sur Instagram qui s’appelle Duchelle pis elle est géniale. Le weekend dernier, elle a posté un lien qui amène au blog de son amie (en français) relatant  ses pires histoires de date bizarre et ça m’a fait penser… J’en ai moi aussi des histoires de dates weird à raconter!

J’au quand même rencontré un pas pire lot de fafouin sur des sites de rencontres (tsé, avant qu’on aille des apps dans nos téléphones…) Certains gars étaient gentils, d’autres étaient weirds, pis d’autres se sont simplement pas présenté au rendez-vous. Alors voici le mes pires histoires de dates.

Enjoy! (parce que moi j’ai clairement eu moins de fun!)

Monsieur A

J’ai rencontré Mr. A par un site de rencontre il y a déjà un méchant bout de temps (du temps où MySpace était LE réseau social populaire et que Facebook n’était encore qu’une vague idée dans la tête à Zuckerberg). Dans ce temps là, je n’étais pas quelqu’un qui jase aisément avec des inconnus. J’étais mal à l’aise avec mon corps, j’étais gênée mais je voulais travailler sur ce point. Aussi, ça m’aidait (et m’aide encore beaucoup) quand la personne est réceptive et me parle en retour. Je me nourris de l’énergie de l’autre personne, donc si la personne est full sympathique, je le deviens aussi. Je suis quelqu’un d’assez facile à jaser quand l’autre me réponds.

Je pense que Mr. A et moi avons jasé sur internet un bon une semaine ou deux avant de se rencontrer. Le gars était vraiment, mais VRAIMENT drôle! Il a fini par proposer qu’on aille prendre un café au centre ville de Montréal et c’était ça! Je me souviens qu’il pleuvait vraiment beaucoup. Je suis sortie à la station de métro McGill et il est venu me rejoindre. Déjà là, c’était bizarre… mais pas bizarre-funny, juste étrange.. Il ne parlait pas PENTOUTE! J’ai eu droit au traitement du silence! Okay… dans ce cas, j’ai deux options:

A) Je me ferme la trappe et je ne parle pas non plus

B) Je me dois de remplir le silence inconfortable et je jase, NON STOP, à propos de tout ce qui me passe par la tête. Oublie-le, le filtre, il est parti! BAM!

Alors j’ai parlé, sans arrêt, pendant environ une heure (qui m’a paru quatre heures!) à propos de ma vie, mes amis, ma famille, ma journée, de comment je me suis rendue au métro McGill… TOUT!!! Ça a été l’heure la plus longue de toute ma vie. Il m’écoutait, riait nerveusement, en silence, mais il n’a jamais pris la parole. Il répondait à mes questions par OUI ou NON, mais encore, c’était difficile d’avoir de quoi de concret.

Rendu un moment donné, une fille se tanne. J’ai prétendu devoir me lever tôt le lendemain donc je devais partir. Il m’a raccompagné à pied jusqu’au métro, en silence (duh!!) et quand j’ai descendu les marches il m’a dit « C’était vraiment le fun, on refait ça bientôt? » ……………… HAN?!! Vraiment dude?! T’as tu vraiment eu du fun, parce que moi je suis brûlée raide! J’ai répondu « Ok……… ouin… » et j’ai continué à descendre en me disant « Yeah right! Compte-pas su’moi ‘gars! »

Funny thing: Oui, il m’a recontacté une couple de fois pour sortir. J’ai jamais répondu.

Funny thing 2: Des années plus tard, je suis allée à un concert et j’ai vu ce gars là rentrer. On s’est regardé. Il n’est pas venu me jaser (ça aurait été une première!) et c’est ben correct avec moi!

 

Je vous reviens la semaine prochaine avec la péripétie de Monsieur B.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.